Création de visite virtuelle 360 :

8 erreurs à éviter

La création de visite virtuelle 360 immersive est un acte responsable de la part du photographe. L’image de l’outil de travail de son client est importante, et la qualité du produit fini doit être irréprochable. Créer une visite virtuelle interactive demande beaucoup de connaissances techniques. Il y a des pièges à éviter, et cela commence dès la prise de vue. Un gros travail de post production est toujours à envisager pour obtenir une expérience proche de la réalité virtuelle qu’attend un internaute avertit !

Représenter le ciel avec des couleurs ternes

La visite virtuelle 360 permet d’augmenter le nombre de réservations dans le secteur hôtelier, ou le nombre de visites qualifiées pour le secteur immobilier.

Faire ressortir un ciel bleu est absolument nécessaire pour pour que l’expérience submersive de l’utilisateur débouche sur une réservation touristique ou sur une visite d’un bien immobilier à vendre.

Le contre jour – Sous expo

Le principe de la vue 360 est de représenter tout ce qui se trouve autour d’un point central.
Que ce soit en prise de vue de jour ou de nuit, le contrejour est inévitable. Dans une partie de la photosphère, le soleil sera de dos, et dans la partie opposée le soleil sera inévitablement de face.

Pour résoudre ce problème récurrent, le photographe averti devra utiliser la technologie HDR qui consiste à réaliser des vues par bracketing d’expositions.

Attention aux recouvrements

La réalisation d’une vue 360 est composée de plusieurs clichés qui sont ensuite assemblés avec un logiciel spécialisé, comme Kolor Autopano par exemple. Pour un recouvrement impeccable lors de la création de la photosphère, il faut un recouvrement minimum de 30% de chaque côté. Si lors des prises de vues, des personnages bougent, ou bien les vagues ne sont plus au même endroit comme ici, on est confronté à un problème de recouvrement.

Les erreurs d’alignement doivent être anticipées ou corrigées en post-production avec un logiciel de retouche comme Photoshop.

Attention aux miroirs !

Les miroirs sont l’ennemi du photographe panoramiste. Pour réaliser un panorama de salle de bain, il est quelques fois impossible de positionner son trépied photo sans que la rotule panoramique et et son objectif photo (fisheye) soit visible.

Si vous devez choisir un prestataire pour réaliser une visite 360 réaliste, cette faute est éliminatoire ! Si le prestataire a diffusé ce type de visite virtuelle 360, fuyez !

Soigner la vue au sol

Moins de 10% des visiteurs déplacent leur souris pour visualiser le nadir d’un panorama 360. Il faut tout de même soigner cette zone de l’image.

Le prise de vue du sol est assez complexe. Soit on fait des prises de vues complémentaires, aux mêmes valeurs photo «ouverture / vitesse / Iso» ce qui demande plus de travail, soit on masque le sol avec le logo du
client avec le logiciel de montage de visite virtuelle.

Enlever les ombres inévitables

En intérieur ou en extérieur, l’ombre du trépied est inévitable. Sur cette photo, on peut même apercevoir la rotule panoramique.

Que ce soit dû à la lumière naturelle ou aux éclairages artificiels, il faut vérifier chaque panorama 360 et enlever les anomalies de prises de vues en post traitement.

Le plafond

Tout comme le nadir, le plafond est une zone délicate à gérer pour le panoramiste ! Suivant la méthode de prise de vue choisie, la zone de recouvrement est faible.

La meilleure méthode pour ne pas avoir cette anomalie visuelle est de soigner la prise de vue, et de réaliser une vue à 90° du plafond.
Le motage ne laissera apparaître aucun défaut.